• Travaux de Karl von FRISCH

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

    TRAVAUX de KARL von FRISCH

     

    <<<                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     2/2

     

    Résumé des principaux résultats des travaux scientifiques de Karl Von Frisch sur les abeilles :

     

    1/ L'odorat :


    Frisch a trouvé que les abeilles peuvent distinguer des espèces de fleurs distinctes par l'odeur. Curieusement, leur sensibilité au goût « sucré » n'est que peu supérieure à celle de l'homme. Karl von Frisch pense que le couplage fort entre les sens de l'odorat et celui du toucher permet à l'abeille une orientation spatiale par l'odorat.


    2/ La vue :


    La résolution de l'œil composé de l'abeille est bien inférieure à celle de l'œil humain. Cependant, par sa haute définition temporelle, il est particulièrement adapté à la détection des mouvements. La sensibilité aux couleurs des abeilles est comparable à celle de l'homme, mais décalée du rouge vers l'ultra-violet. L'abeille ne peut donc pas distinguer le rouge du noir. Les couleurs blanc, jaune, bleu et violet peuvent par contre être distinguées. En outre, les pigments colorés qui réfléchissent les ultraviolets élargissent le spectre des couleurs de deux couleurs supplémentaires. Beaucoup de fleurs, qui apparaissent du même jaune à l'homme, apparaissent à l'abeille, selon leur aspect en ultraviolet, de couleurs différentes – voire multicolores.


    3/ Le sens de l'orientation :


    Les recherches sur le sens de l'orientation des abeilles sont importantes. Karl von Frisch découvre que les abeilles peuvent s'orienter de trois manières :
    - par la position du soleil,
    - par le schéma de polarisation de la lumière du ciel bleu,
    - par le champ magnétique.
    La position du soleil est l'indicateur primaire, les deux autres ne servant qu'en cas de ciel couvert ou, pour le troisième, d'obscurité, notamment dans la ruche.


    4/ Le schéma de polarisation :


    Il est reconnu par l'abeille par un récepteur à ultraviolets dans trois yeux simples, les ocelles, munis d'un filtre polarisant, orienté différemment selon les yeux. La lumière du ciel bleu est de la lumière du soleil diffusée par l'atmosphère, et elle ne présente à l'œil humain aucun schéma caractéristique visible. Cependant elle est partiellement polarisée, dans une direction dépendant de celle du soleil. Une petite tache de ciel bleu donne une information sur la direction du soleil. Deux taches permettent de le localiser approximativement. Ceci fournit non seulement une information sur la direction, mais sur l'heure.


    5/ Variation de la position du soleil selon l'heure :


    Karl von Frisch a pu montrer que les abeilles pouvaient s'orienter en corrigeant la direction du soleil selon l'heure. Elles utilisent cette capacité pour obtenir, dans la ruche obscure, une information sur l'heure comparable à celle qu'elles obtiennent par la position du Soleil. Ceci leur permet de conserver les indications de direction toujours actuelles, dans la « danse », sans avoir à sortir pour se synchroniser, même pendant de longues séances de « danse ». Ceci ne fournit pas seulement une information de direction, mais aussi de temps.


    6/ L'horloge interne :  ( voir les travaux de Ingborg Beling )


    L'abeille dispose d'une horloge interne, avec trois mécanismes de synchronisation ou de réglage. Si elle trouve la position d'une zone de butinage au cours une expédition matinale, elle pourra la retrouver l'après-midi au moyen du soleil, et déterminer l'heure exacte où cette zone est productive.
    Le plan des rayons de la ruche :
    Karl von Frisch a aussi déterminé que le plan de la ruche (par exemple celui des rayons construits par un essaim dans une nouvelle ruche) est construit dans la même direction par rapport au champ magnétique que dans la ruche-mère. Dans ces expériences avec un champ magnétique extérieur, il a même pu provoquer la construction de rayons déformés en cercles.


    7/ Le sens de la verticalité :

    L'aménagement toujours vertical des rayons de la ruche a permis de conclure à la capacité des abeilles à sentir la direction verticale, par la tête et le pendule qu'elle forme, en relation avec une couronne de cellules sensitives au niveau du cou.


    8/ La danse des abeilles comme outil de communication :


    Karl von Frisch mena ses études sur l'abeille carnolienne (Apis mellifera carnica). Il trouva que les informations sur les zones de butinage peuvent être transférées d'abeille à abeille. Ceci s'effectue au moyen d'une danse qui s'exécute selon deux modalités :
    - la danse en rond, pour une ressource à proximité de la ruche (moins d'une cinquantaine à une centaine de mètres), où l'information principale est l'odeur de la fleur à exploiter que la danseuse porte sur son corps ;
    - la danse frétillante, plus complexe, qui indique la direction par rapport au soleil de la zone à explorer, par l'orientation de l'axe de la danse par rapport à la verticale ; la distance de la zone, par la vitesse du frétillement ; et la nature du butin, par l'odeur dont le corps de la danseuse est imprégné.
    La définition de l'objectif par la danse frétillante est assez précise pour que les abeilles qui ont suivi la danse puissent retrouver l'objectif, même s'il faut faire des détours pour l'atteindre.
    Cette analyse de la danse des abeilles a permis des découvertes fondamentales sur le langage humain.


    9/ L'ouïe :


    Karl von Frisch n'a pas réussi à démontrer une capacité de ce genre. Il a dû supposer la capacité sensitive à sentir les vibrations, et la supposer pour la communication dans la danse.


    10/ Dialectes :


    Les expériences menées par Karl von Frisch ont été menées principalement avec la race des abeilles carnoliennes. Les expériences sur d'autres races ont montré une influence de la race sur les éléments de transfert d'information, si bien que les données de distance et de direction varient fortement.

    En plus de la somme considérable d'ouvrages savants et scientifiques qu'il publie durant sa carrière, Karl Von Frisch n'a jamais méprisé les questions pratiques et il publiera également des opuscules prodiguant toutes sortes de conseils aux apiculteurs.

    "Quand une recherche est sur la bonne voie, il arrive que, dans un premier temps, elle soulève plus de questions qu'elle n'en résout".

     

    SOURCE WIKIPEDIA

     

    Descriptif d'une partie de son travail    ICI   Travaux de Karl von FRISCH

     

     

    Travaux de Karl von FRISCH

     

     

     

     

     

    — HOMMAGE A KARL VON FRISCH * Cyrille JANISSET - Copyright © 2009 - 2022 - Tous droits réservés —