• INGEBORG BELING

     

    INGEBORG BELING

     

    <<<                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               2/2

     

     

    Born 6 March 1904
    Died 15 January 1988 (aged 83)
    Alma mater Zoological Institute at the University of Munich
    Known for Researching biological clock of the honeybee
    Scientific career
    Fields Ethologychronobiology
    Influences Karl von Frisch

     

    ( Despite extensive searches, no photographs of Ingeborg BELING have been found so far. Cyrille Janisset )

    ( Malgré de nombreuses recherches, aucune photographie de Ingeborg BELING n'a été trouvée jusqu'ici. Cyrille Janisset )

     

     

    Ingeborg Beling était une éthologue allemande du début du 20e siècle qui travaillait dans le domaine de la chronobiologie. Elle a étudié à l'Université de Munich sous la direction de Karl Von Frisch et est connue pour ses recherches sur le sens du temps des abeilles mellifères.[1][2] Dans ses recherches, en 1929, elle a entraîné des abeilles à se rendre à une station d'alimentation à une heure précise de la journée, jour après jour.[3][4] Cette contribution a finalement conduit à la découverte de l'horloge biologique de 24 heures des abeilles. En raison de cette réalisation, elle a été considérée comme l'une des premières femmes chronobiologistes. Au-delà des abeilles, une grande partie du travail de Beling consistait à étudier les comportements des guêpes,[5] des pupes de mouches,[6] etc. Enfin, elle a également fait des recherches sur la lutte antiparasitaire.[7][8] 

     

    Expérience d'alimentation des abeilles (1929)


    Beling a écrit dans son article largement cité de 1929, intitulé "Über das Zeitgedächtnis der Bienen" ("Sur la mémoire temporelle des abeilles") publié dans le Journal of Comparative Physiology, que les premières observations de Forel, v. Buttel-Reepen et Dobkiewicz ont promu elle pour étudier le comportement intrigant des abeilles, appelé Zeitgedächtnis, ou mémoire du temps.[3][9] Dans ses expériences pionnières, Beling a entraîné un groupe d'abeilles butineuses marquées individuellement à voler jusqu'à une mangeoire, qui n'était remplie d'eau sucrée qu'à certains moments de la journée (par exemple, entre 16 h et 18 h). Pendant la phase de test, le plat était vide tout au long de la journée et chaque visite d'abeille a été enregistrée. Elle a découvert que les abeilles ne visitaient la station d'alimentation qu'au moment de l'entraînement, même lorsque l'eau sucrée était retirée. Plus précisément, Beling a découvert que les abeilles peuvent anticiper la nourriture en se présentant un peu tôt chaque matin. De plus, elle a découvert que les abeilles pouvaient être entraînées à se présenter à la station d'alimentation à tout moment de la journée, et même plusieurs fois par jour. Cependant, Beling a signalé que les abeilles ne pouvaient être entraînées que sur une période proche de 24 heures, mais pas 19 ou 48 heures comme elle l'a testé. Ces résultats étaient toujours présents lorsque Beling contrôlait les signaux environnementaux potentiels tels que l'humidité, la température, la lumière et le rayonnement.

     

    Contributions à la chronobiologie


    Beling a pu montrer que les abeilles ont une étonnante mémoire du temps. Elle a découvert que cette mémoire temporelle est à la fois rigoureuse (les abeilles se présentent systématiquement à l'heure prévue) et flexible (les abeilles peuvent être entraînées à se présenter à n'importe quelle heure de la nuit ou du jour, même deux ou trois fois par jour). Beling a découvert que les abeilles ne pouvaient s'entraîner que sur des périodes proches de 24 heures. Ce rythme de 24 heures chez les abeilles a une signification biologique dans la mesure où il est avantageux sur le plan de l'évolution, aidant les abeilles à se coordonner avec les fleurs lorsqu'elles butinent et les aidant à éviter de voler à des moments dangereux de la journée remplis de prédateurs.[10] L'anticipation par les abeilles de l'alimentation est également avantageuse - en connaissant l'heure de la journée, les abeilles peuvent se préparer pour le repas et permettre une réponse plus rapide.[11] Les recherches de Beling n'ont pas pu montrer de manière concluante si les abeilles ont une sorte d'horloge biologique interne qui contrôle ce comportement ou s'il existe un indice externe agissant comme un Zeitgeber qu'elle n'a pas pris en compte dans ses expériences. 

     

    INGEBORG BELING 

    Related terms

    Much of the early work in chronobiology was done in Germany, so publications were largely written in German. Some terms created at this time are still being used or often referred to today. The father of chronobiology, Colin Pittendrigh, critiqued these terms, saying that researchers in Munich have trouble letting go of these terms. He argues that ‘training’ and ‘memory’ do not capture the innate components of the behavior.[12]

    WordMeaningCreator
    Dressurzeit[3][12] "Training time" Ingeborg Beling
    Zeitgedächtnis[3] "Time memory" Auguste Forel
    Zeitsinn[3] "Time sense" Hugo Berthold von Buttel-Reepen

     

     

    Related chronobiologists

    Beling was one of the earliest chronobiologists who studied the rhythms of bees. Her work grew from the observations of previous scientists (Forel, Buttel-Reepen, von Frisch) and helped inspire further experimentation (Wahl, Renner). Standing on the shoulders of these researchers, Pittendrigh took the field of chronobiology to the modern era by studying biological clocks in fruit flies and is regarded as the father of modern chronobiology.

    ResearcherDescription
    Auguste Forel Observed honeybees visiting his patio breakfast at same time each day, even when eating indoors
    Hugo Berthold von Buttel-Reepen Observed that bees would show up to buckwheat field at same time each morning
    Karl von Frisch Mentor of Beling, who studied the sensory perception of bees
    Oskar Wahl Colleague of Beling's at University of Munich, expanded on her work[13]
    Max Renner A chronobiologist also at University of Munich in the 1960s who flew bees from Paris to New York.[10]
    Colin Pittendrigh

    Father of modern chronobiology

     

    References

    1. ^ Simon, Seymour. The Secret Clocks: Time Senses of Living Things. New York: The Viking Press, 1979.
    2. ^ Biotiming Tutorial Archived 2010-05-30 at the Wayback Machine. Ed. Erik Herzog. Department of Biology, Washington University, n.d. Web. 12 Apr. 2013.
    3. Jump up to:a b c d e Beling, Ingeborg. "Über das Zeitgedächtnis der Bienen." Zeitschrift fur vergleichende Physiologie 9.2 (1929): 259-338. Print.
    4. ^ Kung, Shain-Dow, and Shang-Fa Yang. Discoveries in Plant Biology Volume 1. Singapore: World Scientific Publishing Company, 1998. Print.
    5. ^ Beling, Ingeborg. "Zur Biologic und Zucht der Schlupfwespe Angilia armil-lata." Arb biol Reichsanst Berlin. 20. (1933): 237-244. Print.
    6. ^ Beling, Ingeborg. "Ueber missgebildete Fliegenpuppen."Zoologischer Anzeiger Leipzig. 87. (1930): 171-175. Print.
    7. ^ Beling, Ingeborg. "Biologische Mitteilungen." Naturwissenschaften 19.27 (1931): 599-600.
    8. ^ Beling, Ingeborg. "Schädlingsbekämpfung im 18. Jahrhundert." Anzeiger für Schädlingskunde 8.6 (1932): 66-69
    9. ^ Beling, Ingeborg. "Über das Zeitgedächtnis der Bienen." Die Naturwissenschaften (1930): 63-67
    10. Jump up to:a b Renner, Max. "The Contribution of the Honey Bee to the Study of Time-Sense and Astronomical Orientation." Cold Spring Harb Symp Quant Biol 25 (1960): 361-67.
    11. ^ Young, Martin. "Anticipating anticipation: pursuing identification of cardiomyocyte circadian clock function." Journal of Applied Physiology. 107.4 (2009): 1339-1347. Web. 23 Apr. 2013.
    12. Jump up to:a b Colin Pittendrigh. "Temporal Organization: Reflections of a Darwinian Clock-Watcher" Annu. Rev. Physiol. 1993 55:17-54
    13. ^ Wahl, Oskar. "Neue Untersuchungen über das Zeitgedächtnis der Bienen." Zeitschrift fur vergleichende Physiologie 16.3 (1932): 529-89. Print.

     

    SOURCE  WIKIPEDIA

     

    1.  Biologische Mitteilungen

      Ingeborg BelingE. Feige in Naturwissenschaften (1931)

       
    2.  Über das Zeitgedächtnis der Bienen

      Somit kristallisieren sich in der Beurteilung der untersuchten biologischen Rhythmen zwei Anschauungen heraus.

      Ingeborg Beling in Zeitschrift für vergleichende Physiologie (1929)

     

     

      

     

    Mémoire du temps chez les abeilles

    Travaux de Auguste Forel, d'Ingeborg Beling et de Max Renner

     

     

     

    Arbre de la communauté scientifique et universitaire de Karl von Frisch

    (ascendance / descendance)  

     

    2/2 

     — KARL VON FRISCH * Cyrille JANISSET - Copyright © 2009 - 2022 - Tous droits réservés —