• Ruth LOTMAR

     

    RUTH LOTMAR

     

     

     

     

    Ruth Lotmar (* 1910 à Munich, † 1989 à Berne) était une biologiste germano-suisse.

     

    Carrière

    Ruth Lotmar a obtenu son doctorat en 1933 à l'Université de Munich sous la direction de Karl von Frisch avec une thèse sur le sens des couleurs des abeilles, avec une attention particulière pour l'ultraviolet.[1][2] Elle a ensuite travaillé, entre autres, à l'Institut zoologique de l'Université de Bâle, au Département de biologie de l'entreprise JR Geigy AG Basel, à l'Institut apicole de Berne-Liebefeld, ainsi qu'à la Clinique des rhumatismes et à l'Institut de Physiothérapie à l'Université de Zurich.[3]

    L'animal Nosema lotmarae porte son nom.[4]

     

    Thèse

    Nouvelles études sur le sens des couleurs des abeilles, avec une référence particulière à l'ultraviolet. Dans : Journal de physiologie comparée. Volume 19, n° 4. J. Springer, Berlin 1933, DNB 570858941, pp. 673-723 (avec 51 illustrations de texte)

     

    Article dans les communications de la Société Suisse d'Entomologie

    L'épithélium de l'intestin moyen de la chenille Tineola biselliella (teigne du vêtement), en particulier son arrêt lors de la mue. In : Communications de la Société Suisse d'Entomologie. Tome 18, n° 4/5. Société Suisse d'Entomologie, Berne 1941, DNB 574909877 (avec illustrations).
    A propos d'une infection microsporidienne (genre Nosema) chez la mite du linge, Tineola biselliella. In : Communications de la Société Suisse d'Entomologie. Tome 19, n° 7/8. Société suisse d'entomologie, Berne 1941, pp. 361–371, doi:10.5169/seals-400916 (avec illustrations).
    La maladie du polyèdre de la teigne des vêtements (Tineola biselliela). In : Communications de la Société Suisse d'Entomologie. Volume 19, n° 7/8, 1941, pages 372-373, doi : 10.5169/seals-400917.
    L'épithélium de l'intestin moyen de Tineola biselliella (teigne des vêtements) pendant la métamorphose. In : Communications de la Société Suisse d'Entomologie. Tome 18, n° 9/10. Société Suisse d'Entomologie, Berne 1942, DNB 574909885 (avec illustrations).
    Observations sur l'alimentation et la digestion chez Stomoxys calcitrans (Dipt.). In : Communications de la Société Suisse d'Entomologie. Volume 22, No. 1. Société Suisse d'Entomologie, 1949, pp. 98-115, doi:10.5169/seals-401054.

     

    Article dans les suppléments du Schweizerische Bienen-Zeitung

    Sur l'influence de la température sur le parasite Nosema apis. Dans : Schweizerische Bienen-Zeitung : Suppléments. Volume 1 = Numéro 6. Verlag Sauerländer, Aarau 1943, DNB 458775746, page 24 (avec 9 illustrations).
    Sur l'influence de la température sur le parasite Nosema apis. Dans : Schweizerische Bienen-Zeitung : Suppléments. Volume 1, Issue 6. Sauerländer, Aarau 1943, DNB 364977833, pp. 261-284 (1 feuille d'illustrations).
    La métamorphose de l'intestin de l'abeille (Apis mellifica). Dans : Schweizerische Bienen-Zeitung : Suppléments. Volume 1 = Numéro 10. Sauerland, Aarau 1945, DNB 458775762, page 64 (avec illustrations).
    Sur les flagellés et les bactéries de l'intestin grêle de l'abeille domestique (Apis mellifica). Dans : Schweizerische Bienen-Zeitung : Suppléments. Volume 2 = numéro 14. Sauerländer, Aarau 1946, DNB 458775754, page 28 (avec 21 illustrations).

     

    Autres articles (sélection aléatoire)

    Absorption de sulfate de sodium radiomarqué (Na235SO4) à travers la peau de lapin et sa réexcrétion. Dans : Georg von Hevesy (éd.) : Les isotopes comme indicateurs dans la recherche physiologique (= Documenta rheumatologica Geigy. N° 6). Geigy, Bâle 1955, DNB 363846174.
    Avec Johann Häfelin : De la dépendance de la perméabilité cutanée aux intempéries : Expériences avec du sulfate de sodium radiomarqué sur des lapins. Dans : Archive for Meteorology, Geophysics and Bioclimatology (= Series B). Volume 7, n° 2, mars 1956, pages 286-296, doi : 10.1007/BF02243329.
    À propos de l'absorption cutanée et de l'utilisation et de l'excrétion du soufre colloïdal et du thiosulfate : expériences sur des lapins avec du 35S radiomarqué. In : Revue pour toute la médecine expérimentale. Volume 134, n° 3, mars 1961, pages 233-241, doi : 10.1007/BF02054899

     

    Weblinks

     

    Les détails

    1.  Ruth Lotmar: Neue Untersuchungen über den Farbensinn der Bienen, mit besonderer Berücksichtigung des Ultravioletts. In: Zeitschrift für vergleichende Physiologie. Band 19, Nr. 4, 1933, S. 673–723, doi:10.1007/BF00395648.
    2.  Walther Fuchs: Lotmaria passim: Ruth Lotmar, bee researcher and zoologist. Digiboo, Küsnacht 2019, ISBN 978-3-03906-001-6, S. 5–7.
    3.  Walther Fuchs: Lotmaria passim: Ruth Lotmar, bee researcher and zoologist. Digiboo, Küsnacht 2019, ISBN 978-3-03906-001-6, S. 16–18.
    4.  Victor SpragueSystematics of the Microsporidia. In: Lee A. BullaThomas C. Cheng (Hrsg.): Comparative Pathobiology. Band 2. Plenum Press, New York 1977, ISBN 978-1-4613-4207-6, S. 247, doi:10.1007/978-1-4613-4207-6.

     

     

    Ruth LOTMAR          Ruth LOTMAR

     

    Lotmaria passim : Ruth Lotmar, chercheuse apicole et zoologiste de WALTHER FUCHS


    Cette courte biographie retrace la carrière de la chercheuse juive Ruth Lotmar (1910-1989) et montre comment l'Allemagne nazie a changé sa vie et l'a forcée à adopter une nouvelle perspective.

    En 1946, Ruth Lotmar a décrit pour la première fois l'agent pathogène d'une importante maladie des abeilles, qui portera plus tard son nom - lotmaria passim, ce qui la rend inoubliable en tant que chercheuse.

    Contenu

    Avant-propos

    introduction

    1. Enfance et jeunesse à Berne et Munich

    2. Études de zoologie à Munich et perspectives de recherche sur les abeilles avec Karl von Frisch

    3. Fuite et exil en Suisse

    4. Recherche sur les abeilles au Département des maladies des abeilles du Centre de recherche agricole de Liebefeld

    5. Nouvelles perspectives : le passage à Bâle et à Zurich

    6. À propos des "actants" et des références circulantes : l'importance de Ruth Lotmar en tant que zoologiste et chercheuse sur les abeilles

    Les références

    Remarques

     

     

     

     

    Ruth LOTMAR 

    Paul Klee avec Ruth Lotmar, Felix et Phoraska Klee (de droite à gauche)

    dans le jardin de la maison de la Heinrichstrasse 36, Düsseldorf, juillet 1933, Photographie : Lily Klee, Zentrum Paul Klee, Berne, Don de la famille Klee 

     

    Epossina, Felix Klee, Ruth Lotmar, Paul et Phoraska Klee dans le jardin de la Heinrichstrasse 36 ; Düsseldorf à l'été 1933

    photographie: gélatine argentique sur papier baryté

    Photographie : Lily Klee, Zentrum Paul Klee, Berne, Don de la famille Klee

    Düsseldorf 1933

    Paul Klee (DE, 1879 - 1940)
    Félix Klee (1907 - 1990)
    docteur Ruth Lotmar (1933-1946 (dates d'entrée en vigueur)


    Musée municipal de la capitale de l'État Düsseldorf
    Numéro d'inventaire: CMS.F 6540

     

     

    Ruth LOTMAR

     Paul Klee avec Ruth Lotmar, Felix et Phoraska Klee (de droite à gauche)

    dans le jardin de la maison à Heinrichstrasse 36, Düsseldorf, juillet 1933,

    photo : Lily Klee, centre Paul Klee, Berne, cadeau famille Klee. La photographie est représentée dans les « Lettres à la famille » (S. 1263)

    © Centre Paul Klee, Berne, archives d'images. De : Walther J. Fox, "Lotmaria Passim". Ruth Lotmar, chercheuse en abeilles et zoologiste,

     

     

    Dr. Ruth Lotmar (Interview im Schweizer Fernsehen, 1964)  

    Extrait du reportage de la télévision suisse des 22 et 29 mai 1964 sur l'origine et les effets du Föhn

    avec le Dr. Ruth Lotmar de la clinique de rhumatisme et de l'institut de médecine physique de l'hôpital universitaire de Zurich

     

    Ruth Lotmar a travaillé à l'Institut zoologique de l'Université de Bâle, au Département de biologie de JR Geigy AG de Bâle, à l'Institut Bienenwirtschaftliches de Berne-Liebefeld, ainsi qu'à la Clinique de rhumatologie et à l'Institut de physiothérapie. de l'Université de Zürich. Elle a terminé sa thèse en 1933 sous la direction de Karl von Frisch. Le parasite intestinal de l'abeille mellifère Lotmaria a été nommé d'après elle par respect pour ses nombreuses découvertes scientifiques impliquant ce microbe et d'autres microbes liés aux abeilles mellifères.

     

     

      — KARL VON FRISCH * Cyrille JANISSET - Copyright © 2009 - 2022 - Tous droits réservés —